Le Père Fahmé, au coeur de la musique byzantine

C'est une véritable révélation musique autour du Père Fahmé, sûrement le dernier dépositaire de la tradition musicale byzantine de la ville d’Alep. Portant ses quatre-vingt-quatorze ans comme un jeune homme, il a offert au public une litanie de chants dédiés à la Vierge Marie, tantôt en grec, tantôt en arabe, dans une ferveur toute particulière. 


 Un intermède musical a aussi créé la surprise, en mettant en avant le travail d’Antoine Sicot et de quelques familles du Perche, interprétant quelques pièces grégoriennes, faisant étonnamment écho aux chants du Père Fahmé. 


Beaucoup n’oublieront pas la voix des deux enfants solistes faisant résonner les voûtes par le lancement de leur hymne.